2. Merci à la Sainte Trinité - "Homme et femme, Il les créa"

"Acceptez donc, chères soeurs, qu'avec vous je médite à nouveau la merveilleuse page biblique qui présente la création de l'homme et qui exprime tant de choses sur votre dignité et sur votre mission dans le monde" (n° 7).

Toute la réflexion de Jean-Paul II sur la femme s'appuie sur la méditation du récit de la création, au livre de la Genèse, chapitre 1 et 2 : "Au commencement, Dieu créa l'homme à son image ; à l'image de Dieu, Il le créa ; homme et femme, Il les créa" (Gn 1,27).

La femme, comme l'homme, est une personne, car la femme, comme l'homme, a été créée à l'image et à la ressemblance de Dieu (cf "Mulieris Dignitatem n° 6). L'homme et la femme sont donc fondamentalement égaux : ils sont de la même humanité. Il n'y a pas de sous-produits de l'humanité. Si l'homme, par ses comportements, peut défigurer l'image de Dieu en lui et dans les autres, il n'en demeure pas moins homme. Rien ni personne ne donne le droit, comme cela a été dans les siècles passés, et comme cela demeure encore aujourd'hui dans certaines cultures ou dans certaines mentalités, de méconnaître l'égale dignité de la femme et de l'homme, en la marginalisant, voire en la réduisant en esclavage.

"Le féminin réalise l'humain tout autant que le fait le masculin, mais selon une harmonique différente et complémentaire" (n° 7). Alors, si nous devons lutter pour la libération des femmes et la reconnaissance de leur dignité, ne tombons pas dans le piège de faire de l'égalité de l'homme et de la femme un égalitarisme réducteur. Ne cherchons pas à gommer les différences en masculinisant la femme. Il ne s'agit pas de libérer la femme de sa féminité, mais d'aider la femme à libérer sa féminité, à la mettre en pleine valeur, dans toute sa beauté.

Créé à l'image de Dieu, l'homme est créé pour être en relation avec un autre, de même nature, mais différent. Image de la Sainte Trinité, communion d'amour, l'homme et la femme sont appelés à vivre une communion d'amour. La communion n'est pas la fusion : elle implique la différence. Défendre et promouvoir l'égalité de l'homme et de la femme, c'est à la fois reconnaître leurs droits communs, comme par exemple, les droits et devoirs civiques, le droit de la famille, la parité des salaires à travail égal... et ce qui est plus spécifique à la femme, par exemple son rôle éducatif, en rémunérant le travail au foyer ; la protection de la maternité...

"Il n'est pas bon que l'homme soit seul, dit Dieu. Il faut que je lui fasse une aide qui lui soit assortie" (Gn 2, 18). Ainsi l'homme et la femme existent ensemble l'un pour l'autre. Car l'aide que Dieu donne à l'homme dans la personne de la femme, Il la donne dans le même temps à la femme, dans la personne de l'homme. C'est dans l'unité des deux, dans la relation réciproque de l'homme et de la femme que l'homme est pleinement homme et la femme pleinement femme. Ce ne pourra jamais être l'homme sans la femme. Ce ne pourra jamais non plus être la femme sans l'homme.

L'aide première et fondamentale que la femme et l'homme se donnent, c'est de grandir en humanité l'un par l'autre, par la richesse de la complémentarité : c'est de faire ressortir en chacun, de plus en plus, l'image et la ressemblance de Dieu. C'est donc d'abord dans leur être profond d'homme et de femme qu'ils sont une aide l'un pour l'autre.

Mais l'aide que s'apportement mutuellement l'homme et la femme, elle est aussi, avec une égalité de responsabilité, dans la mission commune que Dieu leur confie : "Emplissez la terre et soumettez-la" (Gn 1, 28). S'il paraît évident que l'homme ne peut seul "emplir la terre", il est peut-être moins clair dans les esprits que la femme a un rôle aussi important que l'homme à jouer "non seulement dans l'oeuvre de la procréation et la vie de la famille, mais dans la construction de l'histoire" (n° 8). Et il ne s'agit pas là seulement des femmes célèbres qui ont laissé leurs noms dans les mémoires, mais de toutes les femmes qui ont su et savent simplement être pleinement femmes.

Oui, donnons tout son relief au génie de la femme, chacune là où nous sommes. Développons notre talent féminin au service des autres dans la banalité du quotidien. Car notre vocation première, quelle que soit notre situation dans le monde et dans la société, c'est d'être femme.