15. Conclusion
Un appel aux gouvernements et aux nations
Une action de grâce

Jean-Paul II ne cesse, tout au long de sa réflexion, de faire appel aux gouvernements et aux différentes instances législatives pour que soient reconnus et défendus la dignité et le droit des femmes.

Parlant des abus sexuels dont sont victimes les femmes, il écrit : "A la veille du troisième millénaire, nous ne pouvons rester impassibles face à ce phénomène, ni nous y résigner. Il est temps de condamner avec force, en suscitant des instruments législatifs appropriés de défense, les formes de violence sexuelle qui ont bien souvent les femmes pour objet" (n° 5).

Il lance "un appel pressant pour que tous, en particulier les Etats et les institutions internationales, fassent ce qu'il faut pour redonner aux femmes le plein respect de leur dignité et de leur rôle" (n° 6).

Et, fidèle à sa vision positive et constructrice de l'homme, il ajoute que s'il faut continuer à dénoncer toute forme d'injustice et d'oppression à l'encontre de la femme, "le secret, pour parcourir rapidement le chemin du plein respect de l'identité féminine... passe par un projet de promotion aussi efficace qu'éclairé, qui concerne tous les domaines de la vie féminine, en partant d'une prise de conscience renouvelée et universelle de la dignité de la femme" (n° 6).

N'oublions pas cependant que si les gouvernants ont une responsabilité dans ce qui peut être mis en place en faveur de la promotion de la femme, nous avons chacun, là où nous sommes, notre propre responsabilité : si nous voulons que la femme, que toute femme soit reconnue et respectée, il nous faut, chacun, hommes et femmes, nous pénétrer de son mystère et l'accueillir dans sa plénitude avec joie et reconnaissance afin qu'il puisse porter tout son fruit.

A l'invitation de Jean-Paul II, c'est dans l'action de grâce au Seigneur pour "le don d'un aussi grand bien que la féminité" (n° 12) que nous concluons notre réflexion. Cette action de grâce, nous l'empruntons à la conclusion de la lettre apostolique sur "La dignité de la femme" :

"Nous te rendons grâce, Seigneur, pour toutes les femmes et pour chacune d'elles : pour les mères, pour les soeurs, pour les épouses ; pour les femmes consacrées à Dieu dans la virginité ; pour les femmes qui exercent une profession ; pour celles sur qui pèse parfois une grande responsabilité sociale.
Nous te rendons grâce, Seigneur, pour toutes les femmes, telles qu'elles sont sorties de ton coeur, dans toute la beauté et la richesse de leur féminité...
Nous te rendons grâce, Seigneur, pour toutes les femmes qui portent, avec l'homme, la responsabilité commune du destin de l'humanité...
Nous te rendons grâce, Seigneur, pour toutes les manifestations du génie féminin apparues au cours de l'histoire, dans tous les peuples et dans toutes les nations.
Nous te rendons grâce, Seigneur, pour tous les charismes dont l'Esprit-Saint a doté les femmes dans l'histoire du Peuple de Dieu, pour tous les fruits de la sainteté féminine" (Mulieris Dignitatem n° 31).
Et nous te rendons grâce, Père, pour notre Mère, la Vierge Marie, femme bénie entre toutes les femmes. Avec elle, et par elle, nous te prions :
Délivre les femmes de l'oppression et de la violence.
Délivre-les de toutes les oeuvres de mort qui les empêchent de porter du fruit.
Que toute femme soit mère de vie !
Que toute femme resplendisse de ta beauté et de ta gloire !
Que par la grâce de toute femme, l'homme découvre la splendeur du don de Dieu !
Et qu'ainsi toute femme, à l'image de Marie, soit le chemin qui mène l'homme au Christ, pour entrer en communion avec Toi, Père, et avec ton Fils, dans l'unité du Saint Esprit, pour les siècles sans fin.